"L'Autre fille" de Annie Ernaux, chez Nil, coll. "Les Affranchis", 2011

Publié le par Cécile

L'autre fille Annie ErnauxJe n'irai pas par quatre chemins : ce petit récit est un formidable coup de coeur pour moi qui d'ores et déjà me donne envie de relire "La Place", "La Honte" et de découvrir ses autres textes que je ne connais pas. Quel écrivain ! Certes, ce n'est pas un scoop mais vraiment, ça fait du bien de le dire et surtout, de le lire !

Le principe de la collection est de proposer à l'auteur d'écrire la lettre qu'il n'a en réalité jamais pu écrire, sur le modèle de la célèbre "Lettre au père" de Kafka.

Pour Annie Ernaux, sa lettre va s'adresser, malgré la difficulté de dire "tu", à sa soeur morte avant sa naissance. Ce lourd secret familial est bien gardé jusqu'au jour où la mère de l'auteur se laisse aller à quelques confidences auprès d'une jeune femme capable de compassion envers sa souffrance. La jeune Annie écoute cette conversation et entend sa mère dire "(...) elle était plus gentille que celle-là."

Ce "plus gentille" va être une source intarissable de questionnement pour l'auteur qui va finalement aboutir au constat implacable de la nécessité de la mort de l'une pour que l'autre naisse, donc vive. Mais auparavant, la position de l'enfant unique, choyée, que croyait tenir la jeune Annie bien vivante, au caractère bien trempé va s'effondrer au profit d'une souffrance et d'un silence lourd de culpabilité.

 

"Je n'avais pas envie qu'ils me parlent de toi. J'espérais peut-être qu'à la faveur de ce silence ils finiraient par t'oublier. Je vois la vérification de cette hypothèse dans le souvenir d'un trouble profond et inexplicable ressenti à chaque fois que, adulte, il m'a fallu admettre cette évidence : tu étais indestructible en eux." (p.49)

 

A découvrir et à recommander absolument !

 

 

 

Publié dans Romans francophones

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Theoma 07/04/2011 19:55


j'avais résisté jusqu'ici... je finis par craquer !


Cécile 08/04/2011 08:33



Eh bien, tu as raison !!!


Merci Theoma, à bientôt !



Violaine 04/04/2011 21:41


C'est effectivement un livre très beau et très touchant que nous offre encore Annie Ernaux. Moi aussi, il me donne envie de me replonger dans ses ouvrages précédents. Je trouve sa démarche
d'écrivain tout à fait remarquable : elle gagne en acuité et en émotion à chaque livre (mais quand j'écris ça, on a l'impression que je trouve qu'au début c'était moins bien alors que j'aime tous
ses livres). Si tu n'as pas lu "La femme gelée", je te le conseille... et puis bien sûr "Les Années", "Journal du dehors", "La vie extérieure"... tous en fait !


Cécile 07/04/2011 09:03



Merci beaucoup Violaine pour ton commentaire ! Je n'ai pas chez moi "La femme gelée", je vais y remédier ... Merci de tes conseils et à bientôt je l'espère.


 



Laure 28/03/2011 17:48


Je confirme ! J'aimais déjà beaucoup Annie Ernaux et ce petit texte s'inscrit logiquement dans son oeuvre et donne envie de lire d'elle ce qu'on n'a pas encore lu. J'aime son analyse de son rapport
à l'écriture. J'ai acheté également "Je pars à l'entracte" de Nicolas d'Estienne d'Orves dans la même collection, beaucoup aimé aussi, avec une préférence pour le Ernaux quand même...


Cécile 30/03/2011 11:16



Merci Laure pour ce commentaire enthousiaste ! Annie Ernaux est vraiment un écrivain français incontournable !


Pour le Nicolas d'Estienne d'Orves, c'est un joli titre malgré tout.


Merci encore d'être passée par ici et d'y avoir laissé ta petite empreinte !


A bientôt, je l'espère !